Périodes de La Tène moyenne et finale (250–30 avant notre ère)

Une période de crises

Au IIIe siècle, les liens avec le bassin méditerranéen, à l’origine de tant d’influences, se tarirent. À cela vinrent s’ajouter des crises économiques et sans doute aussi des exodes. La crémation, plutôt rare au cours des siècles précédents, devint dès lors un mode d’inhumation courant. On renonça ainsi aux tombes somptueuses, manifestement en raison du pouvoir déclinant des « princes ».

Certains objets n’accompagnèrent désormais plus dans leur intégralité le défunt dans sa tombe, mais seulement une partie à titre représentatif. Ainsi, les sépultures à char, autrefois coûteuses, se limitèrent à l’ajout de quelques pièces de ferrures ou de harnachement. On tordait les armes pour les rendre inutilisables, ce qui révèle peut-être un sort magique de protection.

 

Le temps des princes

Au Ier siècle, les relations avec le sud reprirent, comme en témoignent les nouveaux produits importés du bassin méditerranéen.

De nouveau, les sépultures soulignent les différences sociales, et de manière encore plus accentuée, mais les tombes princières de cette fin de l’époque celtique ne sont pas assez nombreuses en Sarre. En revanche, des cimetières ordinaires furent découverts à plusieurs endroits, notamment à Perl-Oberleuken et Wadern-Lockweiler. On trouve certaines tombes princières dans des régions voisines de la Sarre, par exemple à Clemency, au Luxembourg.

 

Les Celtes à Borg

Le domaine de la Villa Borg est l’un des rares lieux en Sarre où sont documentés non seulement de nombreux objets isolés, mais aussi des structures d’habitat datant de la période de La Tène finale. Durant cette époque, les Celtes continuèrent à construire leurs maisons en utilisant du bois, de l’osier et de l’argile.

Skip to content